L’assurance vie est le placement préféré des français grâce à sa souplesse et son cadre fiscal privilégié. Pas convaincu ?

Peut-être avez-vous encore quelques réserves sur ce type de placement ?
Débarrassons-nous ensemble de 5 idées reçues sur l’assurance vie !

1. Mon argent est bloqué

Faux

Vous pouvez disposer de l’argent épargné quand bon vous semble. Cette somme est constituée du capital versé d’une part et des intérêts générés d’autre part. En cas de retrait partiel ou total, vous ne serez taxé que sur la portion des intérêts acquis, autrement dit les gains.

Vous êtes en effet libre de retirer de l’argent de votre contrat, en retenant seulement que plus votre contrat est ancien, plus légère est la fiscalité (avant 8 ans, le cadre fiscal est moins avantageux).

Et puis, quelle que soit la durée de votre placement sur un contrat d’assurance vie, cet effort d’épargne sera certainement plus intéressant que celui effectué sur un livret A dont le rendement est fixé à 0,75% jusqu’au 31 janvier 2020.

2. Avec un contrat d’assurance vie, je suis obligé de faire des versements tous les mois !

Faux

Après le 1er versement à l’ouverture de votre contrat, vous êtes totalement libre de choisir :

  • la fréquence de vos versements
  • le montant
  • leur date

En résumé, vous êtes libre d’effectuer des versements de façon ponctuelle au gré d’une entrée d’argent (une prime, un héritage, un gain inattendu…) mais vous pouvez également opter pour des versements à fréquence programmée (mensuelle, trimestrielle…).

3. Je ne peux avoir qu’un seul contrat d’assurance vie

Faux

Vous pouvez détenir autant de contrats d’assurance vie que vous le souhaitez. Les sommes investies ne sont pas plafonnées.

Vous pouvez par exemple souhaiter avoir autant de contrats que de bénéficiaires désignés en cas de décès ; ainsi aucun d’entre eux ne pourra connaître ce que touchera l’autre le jour venu. De même, il peut parfois être préférable d’avoir un contrat par projet en fonction de l’objectif attendu.

4. Je ne peux pas choisir librement le(s) bénéficiaire(s) de mon contrat d’assurance vie

Faux

Lors de la signature de votre contrat d’assurance vie, et à tout moment ensuite, vous pouvez désigner en cas de décès le(s) bénéficiaire(s) de votre choix, y compris une personne en dehors de votre cercle familial, une association ou une fondation œuvrant pour une cause d’intérêt général…

Vous êtes libre d’organiser votre transmission sous réserve du respect du Droit commun des successions.

5. Pour ouvrir un contrat d’assurance, il faut disposer d’un gros capital de départ

Faux

Bien sûr, la fiscalité privilégiée pour ce type de placement attire naturellement les épargnants les plus aisés. Mais pour autant, de nombreux contrats sont accessibles à tous pour des sommes raisonnables.

Cette épargne, grande ou petite, sera d’une aide précieuse pour réaliser vos projets : apport pour l’achat d’un logement, financement des études… Mais aussi en cas d’imprévus.

Bien investir et accéder facilement à l’assurance vie, c’est désormais possible grâce au contrat collectif d’assurance vie multisupport Afer avec :

  • Des résultats parmi les meilleurs du marché avec en 2018 un rendement de son Fonds Garanti en euros (1) à 2,25% net de frais de gestion (hors prélèvements sociaux et fiscaux). Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.
  • Une adhésion simple
  • 0% de frais (2) sur votre 1er versement de 100 €
  • Les droits d'entrée à l'Association Afer de 20 € offerts (2)

Offre soumise à conditions et valable jusqu’au 31 juillet 2019 (2)

(1) Le Fonds Garanti en euros Afer a été créé en 1976 et son encours géré au 31 décembre 2018 s’élève à 42 milliards d’euros. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.
(2) Offre soumise à conditions, réservée aux nouvelles adhésions avec un premier versement de 100 € ouvertes avant le 31 juillet 2019. Cumulable avec l’offre de parrainage. Les droits d’entrée de 20 € à l’Association Afer sont offerts. 0 % de frais de versement sur la prime initiale de 100 € versée sur le Fonds Garanti en euros dans le cadre de la présente offre. Les versements ultérieurs seront soumis aux frais de versement prévus au contrat, soit à ce jour 2 % sur les versements effectués sur le Fonds Garanti en euros et le support Afer Eurocroissance et 1 % sur les versements effectués sur les supports en unités de compte. L’investissement sur Afer Eurocroissance, en cas de sortie avant l’échéance de la garantie choisie, et sur les supports en unités de compte, comporte un risque de perte en capital.